Bio, bon et responsable

Et si on mangeait des algues !

Pourquoi mettre des algues dans nos assiettes ?

Je sais, je sais ce que vous allez me dire : mais ce n’est pas local !! Ben oui en effet, mais elles gagnent tellement à être connues que je me lance quand même !

Si vous n’avez jamais testé, je vous conseille d’essayer, vous serez surpris par leur goût iodé et toutes leurs qualités nutritives.

Je les adore en tartare, à l’apéro sur des toasts de pain complet ; très original, léger et super bon. Soit on aime, soit on déteste ! Pour le savoir, il n’y a qu’un moyen, les tester ! Je vous donne en fin d’article ma recette de tartare d’algues pour que vous puissiez vous lancer. J’attends vos retours !

Les algues, de vraies alliées pour la santé

Ces légumes de mer sont bourrés de nutriments et sont de vrais antioxydants.  Il  existe environ 15 000 espèces différentes (macro algues). Elles sont de couleurs différentes en fonction de leur composition : toute une palette de rouge de vert ou de brun. Du coup, vos assiettes n’en sont que plus jolies !

Elles sont très riches en sodium, manganèse, magnésium, potassium, phosphore, iode, calcium, fer. Les algues séjournant dans l’eau de mer, s’imprègnent de tous les nutriments qui s’y trouvent. Chaque algue est plus ou moins riche en certains nutriments (un peu comme les légumes finalement), c’est donc intéressant pour la santé de les mélanger.

Quelles sont les algues que l’on trouve en France ?

En France seulement quelques  espèces d’algues sont autorisées à la consommation.

Les plus connues sont :

*La nori (porphyra umbilicalis) : c’est celle que l’on connait le mieux grâce aux sushis. On peut l’utilisée crue ou cuite selon nos envies. Elle est sans aucun doute la plus riche en fer (source CEVA : Centre d’Etude et de Valorisation des Algues et Ciqual : Centre d’information sur la qualité des aliments), mais aussi en provitamine A et en vitamine B12 (intéressant pour les végétaliens, car cette vitamine est très peu présente, voire quasi inexistante, dans les légumes).

*La dulce (palmaria palmata) : de couleur rouge, elle est douce, comme son nom l’indique, elle est très légèrement iodée. Vous pouvez la manger crue ou cuite. C’est la championne du manganèse.

*Le wakamé (undaria pinnatifida) : on la trouve en général dans les soupes miso qu’elle parfume. Elle a la palme d’or dans la catégorie potassium.

*La laitue de mer (ulva lactuca) : toute verte comme une salade, elle est également très connue chez nous.  Riche en magnésium avec 37.5%des AJR et ce pour une très petite quantité, moins de 10 g (soit environ 60 grammes d’algues fraiches) d’algues séchées.

Elles sont également intéressantes pour leur apport en protéines d’origines végétales et pour leur faible apport en lipides ; La nori et la dulce en tête. Elles sont également riches en fibres mucilagineuses qui se gonflent d’eau et procurent donc une satiété rapide ! On est vite « calée » ! Encore un point positif pour nos amies les algues !

Les algues et la Médecine Traditionnelle Chinoise :

En MTC  les algues sont très appréciées.

Comme je vous l’expliquais dans l’article sur l’Automne et la Médecine Traditionnelle Chinoise, les aliments sont classés en 5 saveurs. Les algues font partie de la saveur » salée » et sont de nature froide. Elles sont en lien  avec l’élément Eau, l’hiver, le froid, les reins, la vessie, l’ouïe, la peur, le froid.

Les algues sont tout particulièrement intéressantes pour soutenir l’énergie des reins.

En MTC les reins sont le « réservoir d’énergie du corps ». Cette réserve doit être soutenue et toujours tonifiée. Pour cela, on peut compter sur la saveur salée qui est une alliée précieuse. Le seul « hic » est que les algues ont une nature dite « froide ». On aura donc plutôt tendance à la cuisiner en été, car cette nature aide à rafraîchir et à lutter contre la chaleur.

Oui, mais voilà même si l’on ne stimule jamais assez l’énergie des reins, et ce, quelle que soit la saison, c’est en hiver que les reins ont surtout besoin d’aide !

Alors comment fait-on, me direz-vous ?

Ne vous en privez surtout pas !

Mangez des algues en entrée, une quantité raisonnable, ce sera extra pour l’énergie des reins ; s’il vous plait, mangez les algues à température ambiante ou chaude pour ne pas rajouter du froid (votre rate vous dira merci ! 😃) et pour le reste du repas, utilisez des aliments de nature chaude ou tiède pour compenser.

Je vous suggère une tisane à base de cannelle, clou de girofle, gingembre, anis étoilé et poivre (les yogi teas sont parfaits !) ; un poisson ou une viande de nature tiède comme le poulet, les crevettes ou les moules avec une fondue de poireaux et du riz par exemple (eux aussi de nature tiède) et le tour est joué !

 

Quelques précautions malgré tout !

La composition en nutriment des algues est tellement riche que certains spécialistes de l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation) déconseillent : « la consommation d’aliments ou de complément alimentaires contenant des algues aux personnes présentant un dysfonctionnement thyroïdien, une cardiopathie, une insuffisance rénale ou suivant un traitement contenant de l’iode ou du lithium, ainsi qu’aux femmes enceintes ou allaitantes sans avis médical ».

Il faut en tenir compte et comme pour tout, ne pas en abuser et varier les espèces consommées. Il est bien évident que si vous en avalez des « kilos », vous risquez des surdosages !

Où acheter les algues et sous quelle forme ?

On les trouve en paillette dans les magasins bio. Elles sont super pratiques à utiliser sous cette forme et se conservent très bien.

Vous trouverez dans certaines marques des mélanges de 3 algues différentes, en général, dulce, laitue de mer et nori. Du coup, cela fait un joli mélange de couleurs à saupoudrer sur les salades et potages comme des aromates ou à cuisiner.

 

 Recette de tartare d’algues :

Avant je cuisinais tout le paquet d’algues soit environ 50 grammes, cela correspond à environ 300 g de tartare.  Malheureusement ce tartare ne se conserve pas très longtemps au frais (quelques jours, pas plus), donc à moins de recevoir des amis à l’apéritif et de le consommer dans la soirée, maintenant, je le prépare en plus petite quantité, surtout qu’à la maison mon mari et mes enfants n’en raffolent pas !

Ingrédients :

Pour 3 cuillères à soupe de paillettes, il vous faut : 1 demi-citron bio, 1 échalote, 1 cornichon, 1 petite gousse d’ail, quelques câpres, 1 cuillère à soupe d’huile d’olive bio.

Ajoutez un peu de poivre (surtout pas de sel, c’est déjà assez salé naturellement) si vous le souhaitez, et aussi 1/2 cuillère à café de moutarde en grain (facultatif).

Je mets tous les ingrédients dans le bol de mon robot et je mixe.

Pas trop longtemps, car je préfère quand il reste des morceaux, mais ça, c’est question de goût !

Et voilà ! Pas très compliqué !

En général, je le prépare un jour à l’avance, car je le trouve meilleur quand les algues ont eu le temps de se réhydrater dans l’huile d’olive.

Bon appétit !

 

 

Vous aimerez peut-être ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *