Idées pour une consommation plus respectueuse

Et si on mangeait moins de viande ?

Consommer moins de viande est devenu un enjeu majeur pour notre environnement et notre santé. Vous avez pris conscience de cet enjeu et vous souhaitez passer à l’action ? Vous ne savez pas comment franchir le cap. Découvrez quelles sont les différences entre végétarien, végétalien et vegan ? Et si la solution c’était de devenir végétarien à mi-temps ? Réduire la viande oui, mais comment remplacer les protéines animales pour éviter les carences ?

Pourquoi réduire sa consommation de viande ?

C’est bon pour la santé !  

Notre société est souvent pointée du doigt concernant sa consommation de viande jugée excessive. La surconsommation de viande serait responsable de certains problèmes de santé : d’obésité, de cholestérol, de maladies cardio-vasculaires…

C’est bon pour l’environnement !

Les défenseurs de l’environnement accusent l’élevage intensif d’être responsable d’une partie des gaz à effet de serre, de la déforestation, mais également du manque d’eau. Il faut 16 tonnes d’eau pour produire 1 kg de viande de bœuf et 16 fois moins pour faire pousser 1 kg de céréales.

C’est bon pour le porte-monnaie !

Manger moins de viande et plus de protéines végétales (issues des légumineuses, des céréales, ou du soja) permet de faire de grosses économies dans votre budget alimentation.

Différences entre végétarien, végétalien et vegan 

Si vous êtes convaincus de l’intérêt de consommer moins de viande vous avez la possibilité d’adopter plusieurs régimes :

Le régime végétarien  ne comprend ni viande, ni poisson.  Par contre il est possible de consommer des produits issus de l’exploitation animale (œufs, fromages, lait …)

Le régime végétalien n’autorise ni viande, ni poisson ni aucun produit issu de l’exploitation animale (oeufs, lait, miel…)

Enfin le régime vegan est plus qu’un régime alimentaire. Il correspond à un vrai mode de vie. Ainsi Les végans excluent toute forme d’exploitation animale de leur vie quotidienne. Non seulement dans leur alimentation mais dans un souci de respect de l’animal ils ne portent pas de laine, cuir, soie etc… et refusent les cosmétiques contenant des produits d’origine animale ou testés sur les animaux.

Flexitarien ou végétarien à mi-temps ?

Vous êtes conscient de l’importance de consommer moins de viande, mais vous ne souhaitez pas pour autant renoncer complètement à la viande et au poisson. Et si vous deveniez flexitarien ? Le flexitarisme est un nouveau comportement alimentaire qui vise à privilégier la consommation de légumes et à consommer moins de viande au profit de protéines d’origine végétale. Ainsi vous deviendriez végétarien à mi-temps.

Devenir flexitarien  : mode d’emploi

L’idée est de compenser les protéines animales par des protéines d’origine végétale. Oui, mais où trouver des protéines ailleurs que dans la viande ? Voici une liste non exhaustive d’aliments contenant des protéines végétales

  • Les légumineuses ou légumes secs : lentilles, haricot blanc, pois chiche, fèves, pois cassé.
  • Les céréales (riz, épautre maïs, millet, orge, seigle, sarrasin, quinoa …)
  • Les graines oléagineuses (tournesol, citrouille, lin, courges…)
  • Les fruits oléagineux : amandes, noix, noisettes, pignons de pin, pistaches…
  • Les plantes sauvages notamment l’ortie (100g d’ortie compte autant qu’un steak)

Les céréales et les légumineuses sont à associer durant un même repas pour proposer une véritable alternative aux protéines animales afin d’équilibrer les apports alimentaires. Il est bon, également, de consommer chaque jour une petite quantité de graines oléagineuses.

Dans un régime flexitarien, la viande peut être consommée occasionnellement en privilégiant la viande blanche. Vous pouvez également consommer de temps en temps du fromage et des œufs sources de vitamines B12.

Les fruits et les légumes font partie des incontournables, choisissez-les de préférence de saison et cultivés localement. Pour ce faire n’hésitez pas à rejoindre une Amap pour profiter de fruits et légumes de qualité.

Idées recettes

Houmous de cœur d’artichaut

extrait du livre Bols Veggies super sain de Virginie Robichon

Les pois chiches font partie de légumes secs très riches en protéines. Traditionnellement, le houmous est une purée de pois chiches à base de purée de sésame, d’ail, d’huile d’olive et d’épices. C’est une recette très facile et rapide à réaliser. Mais le houmous peut également se décliner à l’infini en associant les pois chiches à différents légumes : carottes, épinards, avocat, betteraves et même l’artichaut.

Ingrédients de base pour le houmous

  • 2 cuillères à soupe de Tahini ou crème de sésame (il est possible de préparer facilement du tahini maison)
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 1 gousse d’ail passée au presse ail
  • 50g de pois chiches en conserves (ou cuits si vous avez pensé à les faire tremper la veille)
  • ¼ de botte de coriandre
  • 1 cuillère à soupe de parmeson rapé
  • 1 cuillère à café de jus de citron
  • 5 cœurs d’artichaut à l’huile

Pour réaliser le houmous rien de plus simple. Égouttez les pois chiches et mettez tous les ingrédients dans un robot. Mixez jusqu’à obtention d’une texture bien lisse et homogène.

Le houmous se sert généralement étalé sur un morceau de pain grillé ou une pita avec un filet d’huile d’olive.

Des livres inspirants

Vous aimerez peut-être ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *